“Amour et Devoir”: un film retrouvée grâce à la Bibliothèque Sino-Internationale à Montevideo (Uruguay)

Le film Amour et devoir (恋爱与义务), réalisé par Bu Wancang卜万苍 (1903-1974), est un chef d’œuvre du cinéma muet chinois sorti en 1931.

Le film met en scène l’acteur coréen Jin Yan 金焰 (1910-1983) et l’actrice chinoise Ruan Lingyu 阮玲玉 (1910-1935) dans un drame romantique. Adapté d’un roman écrit vers 1921 par S. Horose (Hua Luochen), une Polonaise mariée à un Chinois qui vivait en Chine depuis 1911, le film est véritable succès. Il resta dix jours consécutifs en salle à sa sortie en avril 1931 et cumula 237 504 spectateurs shanghaïens (Kerlan, 2015 : 391).

Source: https://www.youtube.com/watch?v=Zn2CtvGLlRc

Le film narre l’histoire captivante de Yang Naifan (interprétée par Ruan Lingyu), une femme qui s’enfuit d’un mariage arrangé, laissant derrière elle deux enfants, pour rejoindre l’amour de sa vie, Li Zuyi (Jin Yan). Ensemble, les deux amants font face à la dure réalité de la vie dans la pauvreté et accueillent bientôt une petite fille. Malheureusement, les épreuves, le chômage en particulier, ont raison du jeune père. Au fil des ans, Yang, devenue une couturière talentueuse, assure seule le bien-être de sa fille.

Un jour, le destin prend un tournant inattendu lorsque son ex-mari la sollicite pour concevoir des costumes pour ses adolescents, dont sa propre fille (également incarnée par Ruan Lingyu). Bien que Yang parvienne à dissimuler ses émotions tout en prenant les mesures, son mari ne la reconnaît pas. Ces jeunes sont en réalité les enfants qu’elle a laissés derrière elle. Le poids de son passé la hante, la poussant à croire que son acte d’abandon risque de compromettre l’avenir de sa fille. Dans un geste déchirant, Yang choisit de mettre fin à ses jours, laissant derrière elle une lettre suppliante à son ex-mari de prendre soin de leur fille comme s’il s’agissait de la sienne. Il répond à cet appel poignant, révélant ainsi qu’il n’a jamais cessé d’aimer Yang.

Le film traite de thèmes largement débattus dans les milieux cinématographiques des années 1930 à Shanghai : la modernisation de la société, le libre choix des époux et les mariages arrangés, ou l’importance de l’éducation. Amour et devoir fut ainsi présenté comme traitant « de l’amour, du devoir, de la raison et de l’oppression que rencontrent les jeunes femmes de notre pays »[1].

Ruan Lingyu a brillamment interprété une diversité de rôles qui ont capturé les multiples facettes de la condition féminine de son époque. Son talent exceptionnel a particulièrement mis en lumière deux archétypes féminins : la prostituée et la femme nouvelle. Malheureusement, le rôle qu’elle a joué dans le film “Amour et devoir” s’est avéré prophétique, car elle a tragiquement mis fin à sa vie en 1934, victime d’une campagne de calomnies orchestrée par la presse. Les ragots diffusés ont eu des conséquences dévastatrices, soulignant la pression et les défis auxquels une femme artiste comme Ruan Lingyu était confrontée à cette époque.

Le 7 octobre 1936, le film est projeté au “Studio 10” à Genève. Cet événement a été relaté dans la chronique du journal « Orient et Occident », publié par la Bibliothèque Sino-Internationale, qui témoigne du rassemblement de toute la colonie chinoise, ainsi que de la présence nombreuse et enthousiaste d’amis occidentaux. Malgré la longueur du film, qui s’étendait sur 2 heures 30, l’intérêt du public n’a pas faibli [2].

Longtemps considéré comme perdu, l’unique copie existante fut trouvée dans les collections de la Bibliothèque Sino-Internationale à Montevideo dans les années 1990. Il fut alors expédié à Taïwan où il est actuellement préservé à l’Institut du film et de l’audiovisuel. Depuis cette redécouverte, le film a parcouru un impressionnant itinéraire, participant à divers festivals de cinéma et rétrospectives dédiées au cinéma chinois à travers le monde, offrant ainsi une nouvelle opportunité au public de redécouvrir ce trésor cinématographique après des décennies d’oubli.


[1] Yinxi zazhi, août 1930, 1.9, p. 22, cité dans Kerlan, 2015: 345. 2015.

[2] Chroniques (1936). Orient et Occident, 2e année, vol. 3, p. 120.

Références:

Kerlan Anne, 2015, Hollywood à Shanghai. L’épopée des studios Lianhua, 1930-1948. Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll to Top