Un regard critique sur la Bibliothèque Sino-Internationale : le point de vue de John Otway Percy Bland

Dans son article « Cultural Activities at Nanking » publié dans The English Review en 1935[1], l’écrivain et journaliste John Otway Percy Bland (1963-1945) renvoie un image très critique de la Chine Républicaine, de la révolution nationaliste, du Kuomintang et du Généralissimo Chiang Kai-sheik, analyse qu’il avait déjà longuement développée dans son ouvrage « China : the pity of it » (1932). Dans cet article cependant, John O. P. Bland s’en prend aux activités propagandistes de la Chine Républicaine et à la Bibliothèque Sino-Internationale en particulier, « ce petit monde exotique, au contact duquel les émissaires et experts genevois ont tiré l’essentiel de la trame aérienne de leurs visions de la « Chine en transition » [that little exotic world, from contact with which Geneva’s emissaries and experts have drawn most of the airy fabric of their visions of « China in transition »] (p.163).


Source: https://www.npg.org.uk/collections/search/portrait/mw249069/John-Otway-Percy-Bland

En effet, dans ce texte, John O.P. Bland revient sur les activités culturelles de Nankin, où une trame complexe se dessine, entrelaçant politique, culture et relations internationales. La création de la Bibliothèque Sino-Internationale à Genève est alors décrite comme un projet culturel ambitieux, mais dont le financement substantiel par des figures majeures du Kuomintang, notamment Chiang Kai-shek (蔣中正 1887-1975) et Wang Ching-wei (Wang Jingwei 汪精卫, 1883-1944), suscite des interrogations quant à son indépendance institutionnelle.

L’analyse critique s’étend également à l’élite intellectuelle qui la compose, concentrée dans la « dynastie Soong » (p.164), faisant référence à la puissante famille Soong, dont les membres ont joué des rôles clés dans la politique chinoise. Ces membres, engagés dans des discussions souvent superficielles, semblent déconnectés des problèmes cruciaux qui touchent la vie quotidienne des masses chinoises. Bland souligne le contraste entre cette élite occidentalisée, dont l’intérêt pour la démocratie peut sembler essentiellement académique, et les réalités brutales vécues par la majorité de la population : « Ici, la fine fleur de l’intelligentsia occidentalisée se rassemble dans les salons ultramodernes de ses épouses et sœurs aux robes à la mode, prêts à discuter de tout ce qui se passe sous le soleil – cocktails et Confucius, culture et vêtements – mais rien de trop sérieux » [Here the fine flower of the westernised Intelligentsia foregathers in the ultra-modern salons of its fashionably-gowned wives and sisters, prepared to discuss all things under the sun – cocktails and Confucius, culture, and clothes – but nothing too seriously] (p.163).

Un élément supplémentaire dans l’analyse est la mention de William Martin (1888-1934), l’ancien éditeur du « Journal de Genève », qui venait de publier « Il faut comprendre la Chine » (1934). Bland suggère que, comme Martin, de nombreux esprits éminents à Genève ont restreint leurs contacts avec les Chinois aux intellectuels de type moderniste, laissant « délibérément inexplorés les livres écrits par ceux qui l’avaient précédés ». Cette attitude contribue à expliquer le soutien souvent inconditionnel du Conseil de la Société des Nations aux aspirations politiques de la Chine, acceptant sans critique la propagande du Kuomintang. Comme source alternative et pour une compréhension plus approfondies des réalités chinoises, l’auteur propose le travail d’Albert Gervais (1892-1979), « Æsculape en Chine » (1933) qui met en lumière les véritables conditions de vie du peuple chinois.

En explorant la relation complexe entre culture, politique et engagement, le texte de Bland offre une analyse des enjeux cruciaux de cette période de l’histoire chinoise et des dynamiques internationales. Une vision plus critique et nuancée de la Bibliothèque Sino-Internationale, en tant que résultat de l’influence du Kuomintang, émerge, incitant à une réflexion plus profonde sur son rôle dans les échanges culturels et politiques de l’époque.

[1] John Otway Percy Bland, 1935, “Cultural Activities at Nanking”, The English Review, vol. 60, no. 2, pp. 159-166.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll to Top
This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.