L’exposition d’ « Art pictural chinois ancien et moderne » (1947) au musée Rath: un instrument de transmission culturelle

For art reveals a glimpse of the soul of a nation and serves as an effective instrument in conveying its culture, whereby international friendship and understanding may be promoted1.

Dr Tien Hsi-cheng,
Ambassadeur de Chine à Londres

Lors du mois de juillet 1947, la Bibliothèque Sino-Internationale organisa une exposition d’ “Art pictural chinois ancien et moderne” au musée Rath à Genève avec le concours de Kuo Yu-Shou, sous-directeur général pour l’éducation de l’UNESCO.

Affiche de l’exposition d'”Art pictural chinois, Ancien et Moderne” (1947)

Basée sur une exposition présentée à Paris lors d’une session de l’UNESCO2, l’événement genevois fut notamment étoffé par les œuvres du peintre Ou Sogène (Wu Zuoren, 1908-1997) et la propre collection de Kuo Yu-shou (1901-1978) présentée de manière permanente à la Bibliothèque Sino-Internationale. Cette manifestation participait pleinement à une opération de diplomatie culturelle car elle contribuait « au développement des relations culturelles entre la Confédération Helvétique et la Chine »3 et permettait aux membres de la Bibliothèque, de montrer des caractéristiques de la peinture chinoise aux délégations internationales présentes à Genève, notamment lors de la Xe Conférence de l’UNESCO qui se tient à cette période au bord du lac Léman4.

L’exposition, présentant 157 œuvres, fut divisée en plusieurs parties:

  • Les œuvres d’artistes contemporains, dont celles de Pan Yu-lin (Pan Yuliang, 1895-1977), Ju Peon (Xu Beihong, 1895-1953) ou encore Huang Chun-pi (Huang Junbi, 1898-1991), qui incarnent le renouveau artistique en Chine, avec l’apport notamment d’éléments occidentaux aux techniques traditionnelles chinoises;

Portrait d’artiste par Pan Yu lin

  • Peintures anciennes, des Song aux Qing (960-1911), dont une grande partie sont issues du collectionneur d’art chinois, le baron von der Heydt (1882-1964);
  • Les oeuvres de Ou Sogène (Wu Zuoren), dont 56 croquis de ses voyages au Tibet et des copies d’après les peintures murales des grottes de Dunhuang. Ces représentations des Tibétains et de leur environnement, décrit comme un “pays de la magie”, participent à la création d’une imaginaire fantasmée des zones dites périphériques ;

Cheval terrifié par Wu Zuoren

La danse sacrée par Wu Zuoren

Ainsi, les œuvres d’art présentées lors de cet événement peuvent surprendre par la diversité des genres exposés. Cependant, elle fut surtout conçue comme un “instrument efficace de transmission” culturelle. Comme Tien Hsi-cheng, ambassadeur de Chine à Londres l’écrit dans l’avant-propos du catalogue d’exposition, cette manifestation “peut également transmettre à nos amis occidentaux les pensées modernes du peuple chinois et, de cette manière, elle ne signifiera pas seulement une exposition d’œuvres d’art, mais elle approfondira également le canal de compréhension entre l’Orient et l’Occident”5.

Bibliographie

  1. Bibliothèque Sino-Internationale. 1947. Exposition d’art pictural chinois ancien et moderne. Catalogue d’exposition (Genève, Musée Rath, 5-27 juillet 1947). Genève: Bibliothèque Sino-Internationale, p. 2. ↩︎
  2. Lettre de Hu Tienshe, 4 février 1947, archives de la ville de Genève, n°340.E.1.43.1. ↩︎
  3. Lettre de Kuo Yu-shou, 7 mai 1947, archives de la ville de Genève, n° 340.E.1.43.1. ↩︎
  4. Bibliothèque Sino-Internationale. 1947. Exposition d’art pictural chinois ancien et moderne. Catalogue d’exposition (Genève, Musée Rath, 5-27 juillet 1947). Genève: Bibliothèque Sino-Internationale, p. 3. ↩︎
  5. Bibliothèque Sino-Internationale. 1947. Exposition d’art pictural chinois ancien et moderne. Catalogue d’exposition (Genève, Musée Rath, 5-27 juillet 1947). Genève: Bibliothèque Sino-Internationale, p. 2. ↩︎

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll to Top
This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.